Conseils, Trucs et Astuces pour progresser

Article publié par
Bertrand Camacho
Votretennis.org
5 article publiés

Les bases techniques partie 6 : l'accompagnement en coup droit lifté

Publié le dim. 4 mars 2018 par Bertrand Camacho dans la catégorie Technique

@http://www.todayonline.com

Je devrais plutôt parler des accompagnements possibles en coup droit lifté car en fonction de l'apprentissage choisi, la technique gestuelle obtenue peut varier sensiblement. Je vais donc différencier dans cet article :

 - Le coup droit essuie-glace (ou arc en ciel) avec le retour de la raquette face au filet

 - le coup droit avec relâchement du poignet avec retour de la raquette face au sol

 - le coup droit avec relâchement du poignet et projection du coude vers le haut

 - le coup droit avec avant bras bloqué et projection du coude vers le haut.

Le coup droit essuie-glace (ou arc en ciel)


     

Image 1 : on peut voir la prise fermé de coup droit d'Andy Roddick et l'angle bras/main de 90° lors de la frappe. Le coude quant à lui est semi-fléchi. On peut également constater que la frappe de balle se fait au dessus du pied avant, en avant du corps.


Image 2 : l'avancée du coude vers l'avant à la frappe est très nette puisqu'il est désormais au dessus du pied avant. De plus, on peut remarquer qu'il monte légèrement. L'avant bras a amorcé sa rotation (pronation) visible par la tête de raquette passant au dessus du niveau du coude.

Image 3 : Le plus marquant sur cette photo est la rotation interne du bas qui permet le retour de la raquette face au filet. De plus, on perçoit le début de la rotation de l'avant bras (pronation) qui permet à la tête de raquette de remonter au dessus de la tête.


Image 4 : le coude termine sa trajectoire ascendante au niveau de la ligne des épaules. La rotation interne du bras se termine alors que l'avant bras continue sa rotation qui permet à la raquette de redescendre du coté opposé à la frappe.

Image 5 : le coude est toujours au niveau de la ligne des épaules. Les rotations combinées de l'avant bras et du bras ont permis à la raquette de passer du coté gauche pour terminer sa course quasiment au niveau de la hanche opposée.

Le coup droit avec relâchement du poignet et retour de la raquette orientée vers le sol


     

Pour ce type de coup droit, on peut parler de variante de coup droit essuie-glace, mais avec un relâchement du poignet qui va permettre d'obtenir une trajectoire de raquette différente.

Image 1 : La balle est frappé bras tendu, en avant du corps (au niveau du pied avant).

Image 2 : le coude n'a quasiment pas bougé. On peut observer le léger fléchissement de l'avant bras sur le bras, et surtout la rotation de l'avant bras (pronation) qui permet à la raquette de revenir au niveau des yeux.

Image 3 : En plus de l'action de l'avant bras, on peut noter la flexion du poignet qui va orienter le tamis de la raquette vers le sol.

Image 4 : le coude est remonté sur la fin du geste pour permettre à la tête de raquette de descendre du coté opposé. On peut noter une légère rotation interne du bras. La raquette finit sa course au niveau de l'épaule opposée.

Le coup droit avec relâchement du poignet et projection du coude vers le haut (ou coup droit lasso)


Cet accompagnement est quasiment identique pour les photos 1 et 2 au coup droit précédent . C'est à partir de la photo 3 que l'on peut voir cette projection du coude vers le haut :

   

Image 3 bis : le coude commence à monter. Le poignet effectue une flexion progressive qui additionnée à la pronation de l'avant bras va orienter le tamis de la raquette vers le sol.

Image 4 bis : le coude est désormais au niveau de la tête. Le poignet est très nettement fléchi ce qui va permettre de conserver le plus longtemps possible la vitesse de tête de raquette. La raquette se situe au niveau de l'épaule opposée.

Image 5 bis : la violence de l'accélération de tête de raquette est telle que Nadal est obligé de passer la raquette au dessus de sa tête pour que son coude ne vienne pas heurter sa figure. Le coude est à hauteur du front pour permettre ce passage.

Image 6 bis : le geste se termine du fait du blocage anatomique du bras qui arrive dans rotation maximum. La raquette est nettement en arrière du corps.

Le coup droit avec avant bras bloqué et projection du coude vers le haut


     


Image 1 : le bras est tendu lors de l'impact. La frappe se situe en avant du corps.

Image 2 : le coude et la raquette remontent violement vers le haut. On peut remarquer l'orientation du tamis vers la gauche qui montre une absence de rotation du bras et de l'avant bras.

Image 3 : le coude continue sa course au niveau de la tête de Del Potro. La raquette est nettement au dessus de la tête, le tamis toujours orienté vers la gauche.

Image 4 : Le coude est nettement au dessus de la tête et il y a flexion de l'avant bras sur la bras pour permettre à la raquette de ralentir et finir sa course dans le dos. On peut noter une légère rotation de l'avant bras et du bras en cette fin de geste mais qui est plus une conséquence anatomique.

Conclusion :

Nous avons pu voir qu'il existe différentes façons d'effectuer un accompagnement en coup droit lifté. Mais il faut faire attention durant l'apprentissage d'en aborder un maximum car elles vont permettre aux joueurs de s'adapter aux différentes situations qu'il va rencontrer au cours de ses matchs.

En effet, Rafaël Nadal n'utilise pas systématiquement son coup droit lasso (qui d'ailleurs a été introduit dans les moeurs tennistiques par Michael Chang) et Roger Federer peut quant à lui utiliser durant le même point un coup droit essuie-glace et un coup droit lasso.

Il faut garder en permanence à l'esprit qu'il n'y a pas de technique gestuelle meilleure qu'une autre. L'important est de se créer sa propre technique, avec pour seule condition qu'elle soit juste biomécaniquement pour éviter les blessures et qu'elle soit efficace.

Article vu 388 fois

Commentaires :

Vous voulez réagir par rapport à cet article, n'hésitez pas à laisser un commentaire :

Retour à la liste des articles