Conseils, Trucs et Astuces pour progresser

Article publié par
The blog Tennis-contact
20 article publiés

Comment Roger est-il devenu Roger... ? (Suite : un coup droit exceptionnel).

Publié le mar. 24 avril 2018 par The blog Tennis-contact dans la catégorie The Blog

 

Au fil du temps Roger Federer, a su construire une carrière sportive impressionnante et sûrement l’un des plus beaux palmarès sportifs. Il est devenu le (ou l’un des) joueur le plus vendeur de l’histoire, alliant esthétisme, technique et bien sûr efficacité. Mais une question se pose, comment ce jeune joueur talentueux est-il devenu « Roger » que l’on admire aujourd’hui sur les courts… ? Comment Roger est-il devenu Roger… ? Nous allons essayer de répondre à cette question, ou du moins aborder quelques pistes…..

Un coup droit exceptionnel.

Roger Federer a jeté les bases du coup droit moderne à « faible consommation d’énergie ». Ce coup droit est à la fois rapide, lourd, précis et incroyablement sécurisé par rapport à ses performances. On peut ajouter le fait que le rapport énergie utilisée/puissance restituée est exceptionnel, c’est d’ailleurs sa marque de fabrique.

Roger Federer ne développe pas plus d’énergie que les autres, il en perd moins. Mais parce qu’il en perd moins, il dure plus longtemps et se blesse beaucoup moins que les autres joueurs professionnels. Les autres joueurs donnent l’impression, à côté de lui, de forcer sur leurs coups droits.

 

L’analyse technique de ce coup nous révèle tout d’abord un très grand relâchement. Une main qui ne serre pratiquement pas le manche durant la préparation, et un minimum durant la frappe. En fait, seuls deux doigts de sa main droite serrent véritablement le manche : l’annulaire et l’auriculaire. L’action de ces deux doigts, appelés aussi « doigts de la force » par les culturistes, permet de laisser une entière liberté au poignet pour la flexion-extension. On parle de « fouetté du poignet » ou « d’effet nunchaku ».

Ce dernier mouvement du poignet génère une accélération de la tête de raquette et peut compter pour 35% à 40% de la vitesse du coup droit. Chez Federer, l’angle que forment la main et l’avant-bras lors du déclenchement de la frappe dépasse les 90°, ce qui assure une course maximale de la tête de raquette lors de l’accélération finale (quand le poignet revient). 

 

Roger Federer frappe ensuite ses coups droits le bras droit tendu, laissant ainsi s’exprimer au maximum la longueur du levier constitué par son bras. Seul Rafael Nadal, nous semble pouvoir rivaliser sur ce point avec lui. La difficulté de cette pratique est qu’elle demande un placement parfait par rapport à la balle, le joueur ne pouvant plier le bras pour un ajustement de dernière minute.

La prise de coup droit de Roger Federer légèrement fermée (ou eastern) autorise un verrouillage du coude pour maintenir, justement, son bras droit tendu. Le coude se positionne, en effet, alors en arrière. Dès qu’un joueur adopte une prise un peu plus fermée, la position du coude se replace vers l’avant et autorise la flexion. Il s’ensuit une diminution de la longueur du bras de levier et donc de la vitesse finale produite.

Il y a ensuite, la magie du placement et de l’équilibre du joueur suisse, qui lui permet d’avoir un plan de frappe presque toujours situé devant lui, idéal pour frapper en total relâchement. La dissociation de son jeu de jambes extrêmement précis et véloce avec les mouvements du haut du corps fonctionne à plein. Roger Federer frappe rarement ses coups droits en compensation.

Dernière caractéristique remarquable qu’il faut souligner (pour cet article): la tête qui reste fixée sur le point d’impact balle/tamis. Il faut savoir que Federer est un joueur à latéralité œil/main croisée (comme plus de 60% des joueurs pros). Ce qui veut dire qu’il est droitier avec un œil directeur gauche. Son geste de coup droit est donc naturellement très ample et quand il suit la balle des yeux jusqu’au point de rencontre avec le tamis de la raquette, sa tête est naturellement tournée de façon à ce que son œil directeur puisse voir l’impact.

 

La particularité de Federer est qu’il garde sa tête fixée sur ce point d’impact jusqu’à la toute fin de son geste, quand sa raquette vient s’enrouler sur son côté gauche. Cela contribue bien sûr à renforcer la stabilité de son coup.

S’il ne suit pas la balle des yeux dans ce très court laps de temps, cela n’a aucune incidence pour lui, car il se concentre à ce moment-là sur ses sensations corporelles et il sait très bien où part la balle qu’il vient de frapper…., en résumé : du grand art ! À suivre….

 

Article vu 1606 fois

Commentaires :

  1. posté le jeu. 27 décembre 2018
    Gustavo Gonzalez C'est sa marque de fabrique, comme vous dites. Les contrefaçons, il y en aura de bonnes à très bonnes dans le circuit professionnel, mais jamais comme l'original. Or, pour un jouer amateur comme nous, pour progresser, je ne sais pas si c'est un bon conseil à suivre. Dans tout cas, bonne chance!!
    GG
Vous voulez réagir par rapport à cet article, n'hésitez pas à laisser un commentaire :

Retour à la liste des articles